Quel budget pour une reconversion professionnelle ?

Quel budget pour une reconversion professionnelle ?

Aujourd’hui, j’avais envie de mettre l’accent sur le coût que peut engendrer une reconversion professionnelle. Pourquoi ? Car l’argent est l’un des premiers freins à un changement de vie professionnelle.

Il s’agit là de ma reconversion professionnelle, de la manière dont je l’ai géré et appréhendé dans ma situation économique du moment.

Il ne s’agit ni d’une moyenne, ni d’une tendance. Chaque reconversion et évolution sont uniques, ont un coût différent et une approche différente. Selon la personne que vous êtes, la relation que vous avez avec l’argent, et votre situation financière du moment, vous ne l’aborderez pas du tout de la même manière.

Je fais le retour de ma propre expérience ici. Il ne s’agit en aucun cas d’un article visant à définir un budget standard.

Pour vous situer, je ne suis pas un modèle d’épargnante. Mais je ne dépense pas l’argent que je n’ai pas. En revanche, pour moi, l’argent est fait pour se faire plaisir, réaliser des projets, et vivre sans frustration. Ma vision a un peu évolué depuis, mais voilà l’état dans lequel j’ai abordé ma reconversion sous l’angle financier.

Je vous préviens, cet article est un peu long, car il est détaillé et complet. Alors, installez-vous confortablement, je vous emmène dans les coulisses du budget de ma reconversion pro ! 😉

Mon contexte économique au moment de ma reconversion :

Au moment de ma reconversion, j’étais dans un emploi CDI et je touchais environ 1 650€. Je mettais un peu d’argent de côté, mais c’était un peu un fourre-tout pour les vacances, les imprévus etc…

Avant de me lancer dans un bilan de compétences puis dans ma reconversion professionnelle, je n’avais quasiment pas d’argent de côté et pas de budget dédié à mes projets, donc pas de budget pour ma reconversion professionnelle.

En revanche, ça ne m’a pas freiné, car avant de quitter mon travail et en faisant mes comptes, je savais que ça pourrait le faire en changeant des choses dans mes dépenses.

Après-coup, et si ça se passait aujourd’hui, je mettrais évidemment tout de suite un budget pour ce projet, car ma façon de voir et d’utiliser l’argent au quotidien a complètement évolué.

J’ai parfois été très confort dans ma vie et parfois j’ai vécu avec si peu ; qu’aujourd’hui je n’en fais pas mon objectif de vie. Je sais que l’argent, ça va ça vient. En revanche, je sais qu’avoir de l’argent de côté ou permettre de dégager un budget et de l’épargne pour réaliser ses projets, c’est très précieux. 

Je me suis rendue compte que ça enlevait une sacrée dose de stress et ça permettait d’être beaucoup plus serein.e quand les projets étaient prévus financièrement parlant.

Si je reviens en 2019, année à laquelle je me suis lancée dans ma reconversion professionnelle, je peux vous détailler de façon assez précise les coûts qu’elle a engendrés. J’ai remis le nez pour vous dans mes papiers.

Le détail des coûts engendrés par ma reconversion professionnelle :

  • Bilan de compétences : 2 160 €
  • Formation : 5 120 €
  • Baisse de revenus pendant 15 mois : 8 025 €. Pour information, et à titre indicatif, je suis passée d’un salaire de 1 635 € à 1 100 € grâce aux indemnités Pôle Emploi. Soit une perte de 535 € x 15 mois.
  • Trajet Orléans – Paris pendant 7 mois à raison d’une semaine par mois : 700 €. Et là, je dis merci au COVID qui m’a fait continuer à distance et m’a permis de soulager mon budget transport.
  • Nourriture et sorties sur place : 100 € dans l’année. Je compte surtout la petite brioche du matin, car levée tôt et pas forcément pris de gros petits déjeuners et un ou deux restos avec mes collègues de promo. J’ai été ultra raisonnable là-dessus et j’en suis très fière. Pour celle et ceux qui connaissent l’épicurienne que je suis, ce n’est pas rien ^^. J’ai quasi fait mes gamelles chaque midi pendant mes semaines de formation pour économiser sur ce budget.
  • Airbnb pour ma semaine d’examen : 309 €.
  • Taxi : 50 €. C’était exceptionnel, mais il m’est arrivé une fois où j’ai dû faire un taxi commun de Paris pour rentrer à Orléans à cause des grèves.
  • Crédit consommation : 2 000 € (dont 1 000€ de transport et logement déjà pris en compte dans le calcul, et 1 000€ plus ou moins bien utilisé dans des outils et des livres).

Total du coût de ma reconversion : 17 364 €.

Ce qu’elle m’a réellement coûté à moi directement : 10 084 €.

Les leviers qui m’ont permis de réaliser cette reconversion professionnelle :

  • Le CPF (Compte Personnel de Formation) : il m’a permis de payer mon bilan de compétences. Véritable point de départ à ce projet de reconversion. Le coût d’un accompagnement est à ne surtout pas négliger dans votre budget ; car pour moi, il est essentiel. Faire un bilan de compétence vous permettra de vraiment passer à l’action au moment choisi. Je n’aurais jamais eu les moyens sur le moment de payer mon bilan avec mes fonds propres. Mais avec le recul, si vraiment, je l’avais décidé ; en quelques mois, j’aurais pu mettre suffisamment de côté pour le régler. Aujourd’hui, je n’encourage pas forcément d’utiliser le CPF pour régler son bilan si on peut faire différemment. Il peut être précieux, en cas de non-financement de formation par Pôle Emploi. Si bien sûr, formation il y a.
  • Déménager : c’est la première décision que j’ai prise avant de quitter mon travail. Quitter l’appartement que j’avais acheté un an plus tôt (avec beaucoup de nostalgie) pour le mettre en location et emménager dans un autre appartement en location pour pouvoir baisser mes charges.
  • Arrêt du tabac : quelques mois avant de quitter mon travail et sachant que je n’allais pas retrouver un job tout de suite, je voulais en profiter pour arrêter de fumer. Ça faisait déjà quelque temps que j’y pensais. Il était temps pour moi de me passer de cette mauvaise habitude. Sur 15 mois de reconversion, cela représente 750 € d’économisé. Même si je ne fumais pas beaucoup, ce n’est pas négligeable dans un budget quotidien. Je n’aurais pas pu me permettre de continuer et c’était très bien comme ça. Je n’ai jamais repris.
  • Les indemnités de rupture conventionnelle : mais ce n’est pas vraiment un levier sur lequel compter finalement, car elles ont surtout servi à combler les premiers jours de carence où je n’ai pas perçu d’indemnités Pôle Emploi. J’ai perçu un peu plus d’un mois de salaire en partant, car je n’étais pas dans l’entreprise depuis plus de 5 ans. C’était le minimum légal. Vous pouvez le calculer ici .
  • Financement Pôle Emploi : j’ai eu beaucoup de chance que Pôle emploi me finance une formation hors de leur catalogue, hors région et non certifiante. J’étais décidée, c’était cette formation ou rien. Avec le recul, je ne regrette absolument pas mon choix ; mais j’ai eu de la chance et surtout, j’ai vraiment défendu mon projet professionnel pour avoir ce financement. Le fait d’avoir pu justifier de mon projet grâce à mon accompagnement en bilan a été un plus. Mais beaucoup de personnes dans ma promo n’ont pas eu cette chance. Les planètes se sont clairement alignées ce jour-là ; mais je me suis aussi beaucoup battu pour ça. Si je n’avais pas eu de financement, j’avais pensé faire un crédit pour cette dépense. 
  • Un crédit : j’ai tout de même pris une petite enveloppe de crédit de 2 000 euros pour me tranquilliser. Ce qui me permettait de payer mon transport, le logement si nécessaire, et d’autres dépenses qui me sont plus difficiles de détailler car je ne les ai pas relevés. D’où l’intérêt de bien détailler son budget, car je me rends compte que j’aurai pu emprunter moins et surtout mieux. Aujourd’hui, je me débrouillerai autrement pour financer cette partie. 

Je n’encourage pas cette démarche de crédit, mais c’est une possibilité si votre situation vous le permet et que ça ne vous met pas en danger. Un crédit vous engage toujours. Il existe d’ailleurs des microcrédits à taux zéro pour encourager l’insertion professionnelle. En général, ce sont des fondations en banque traditionnelle qui peuvent construire un dossier et voir si vous rentrez dans les critères. 

Les alternatives pour diminuer le coût d'une reconversion :

  • Continuer de travailler. De mon côté, je n’ai pas choisi cette option, car j’étais vraiment fatiguée de mon travail et me sentais incapable de continuer. Cependant, selon votre situation professionnelle, c’est un levier à ne pas négliger si vous pouvez mener votre reconversion à côté de votre travail. Ce sera sûrement plus sportif, mais je sais que des personnes de ma promo l’ont fait.
  • Ne pas recourir au Airbnb pour ma semaine d’examen : c’était du confort pour moi, mais clairement important dans la gestion de mon stress et pour la réussite de mes examens. Ne pas savoir si on aura des trains le soir ou si on aura du retard le matin, ça ne permet pas toujours d’être ultra focus. Mais ça aurait pu le faire si vraiment, j’avais eu zéro budget à mettre là-dessus.
  • Ne pas contracter de crédit (même petit).
  • Créer mon statut en autoentreprise pour commencer à faire de l’accompagnement ou proposer mes services en communication.

Les bénéfices que ça m’a apporté d’investir dans ma reconversion professionnelle :

  • Retrouver un emploi mieux rémunéré à ma grande surprise. Bien que je n’ai pas fait cette reconversion pour ça. En revanche, mon objectif était de retrouver au moins le même niveau de salaire pour évoluer ensuite.
  • Être mieux dans mes baskets. Mieux me connaître, mieux cerner mes besoins et donner un nouveau souffle à ma vie pro, m’a permis de retrouver de la motivation, de la joie dans mon quotidien et surtout de la confiance en moi.
  • Faire un travail que j’aime vraiment, que j’ai choisi en conscience, qui me permet d’évoluer et d’apprendre chaque jour. L’apprentissage est l’une de mes valeurs fortes. Et lorsque l’on est définitivement connecté à ses valeurs au travail, il n’y a pas de miracles, juste des personnes concernées, motivée et heureuse d’avancer.
  • Créer mon entreprise : finalement, après un peu plus d’un an de contrat salarié dans mon nouveau métier, j’ai décidé de créer mon entreprise dans l’accompagnement professionnel. Le fait de m’être vu capable de réaliser tout ça : quitter mon job, reprendre une formation avoir mon diplôme et retrouver un travail ; m’a permis de ne pas rester trop longtemps dans un environnement qui ne me convenait plus. Je suis passée au prochain projet qui me faisait de l’œil plus rapidement que prévu.

Ce que ça m’aurait coûté si j’étais resté dans mon poste :

Financièrement, j’aurai gagné : 8 025€ que j’aurai pu mettre de côté (ou pas).

Je ne pense pas que j’aurais mis de côté, car à l’époque, je préférais le dépenser dans des week-ends, sorties, vacances, pour « oublier » et faire passer ma semaine que je subissais.

Je pense que ça m’aurait coûté forcément à un moment donné en accompagnement (psy, hypnose, sophrologie ou autre.) car j’étais arrivée à un stade ou mon mental n’allait pas bien et mon corps commençait à lâcher. Avant mon bilan, c’était la première fois de ma vie que je me suis mise en arrêt. Petite baisse de salaire au passage même pour quelques jours seulement alors je n’imagine pas les personnes qui sont arrêtées pendant des mois.

Tout ça m’aurait coûté ma santé et mon bien-être.

L’importance de maintenir un équilibre financier et de continuer les loisirs pendant la reconversion :

Pour terminer, je pensais avoir prévu financièrement ma reconversion et avoir suffisamment verrouillé cette partie-là. Mais je pense que j’ai été trop optimiste dans ma capacité à respecter un budget trop serré et à faire face à certains aléas. Maintenant, il est clair que je ferais différemment si je devais me lancer dans une nouvelle reconversion. Cependant, à ce moment-là, je ne savais pas tout ce que j’ai appris sur les finances personnelles ces derniers mois et grâce à la création de mon activité. Je crois que ça m’a définitivement réconcilié avec l’intérêt de tenir un budget, connaître précisément ses dépenses, et ne pas être trop ambitieux dans sa gestion.

J’ai cru pendant ma reconversion que j’allais devoir dire au revoir aux vacances et week-end. Un petit conseil : je vous suggère de ne pas vous priver et ne plus rien faire du tout car vous voulez absolument réduire les coûts et supporter votre baisse de salaire pour tenir. J’ai essayé les premiers mois. Je me suis coupée de toute vie sociale et mentalement, j’étais au plus bas, car j’étais constamment chez moi. Ça n’a pas fonctionné, car j’étais frustrée et quand la frustration débarque, on peut craquer sur une dépense complètement WTF.

Prévoyez une enveloppe mensuelle pour vos sorties : même si c’est juste un verre en terrasse ou un goûter à l’extérieur. Vous pouvez aussi faire des activités qui ne coûtent quasi rien : inviter une copine, aller chez elle, faites du sport dehors, allez courir ou marcher au lieu de payer une salle de sport. Garder un budget pour partir en week-end ou faire des vacances de temps en temps. Même si c’est aller chez des amis ou voir la famille pour profiter du gîte. Vous pouvez annoncer la couleur. Vous pouvez compenser et ramener quelques courses ou préparer quelques plats. Les aider à accomplir des tâches. Il y a d’autres façons de partir à moindre coût aujourd’hui. Il n’y a pas besoin de partir longtemps et loin de chez soi pour faire du bien à son mental et quitter son quotidien. Bénéficiez de votre statut de demandeur d’emploi si vous pouvez pour aller visiter certains sites culturels à prix réduit. 

Conclusion et conseils pour aborder les coûts d'une reconversion professionnelle

Voici l’essentiel à retenir pour se reconvertir et construire son projet professionnel sereinement selon son budget : 

  • Le soutien est important et la vie sociale aussi. Ne comptez surtout pas mettre zéro euro sur ce poste alors que vous êtes en train de changer de vie. Vous en avez besoin et c’est normal, alors pas de raison de culpabiliser.
  • Évitez les crédits à la consommation. Vous allez entrevoir une enveloppe disponible pour vos dépenses quotidienne alors que ce n’est pas le cas.
  • Soyez honnête avec ce que vous êtes capable de réaliser en réduction de budget. Un budget réduit à outrance vous emmènera sur de la frustration et des dépenses complètement hors budget.
  • Expliquez votre situation, communiquez, et surtout, n’en ayez pas honte. Ça vous évitera de ne plus vous voir proposer des sorties sous prétexte que vous dites toujours non sans raison.

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir clair pour réaliser votre prochain projet pro et vous sentir plus serein.e financièrement pour démarrer cette nouvelle étape de vie.

Je sais que ça peut paraître énorme comme coût ; et à la fois, si c’était à refaire, malgré les difficultés financières, je le referais 100 fois s’il le faut.

Si vous aussi, ça vous tente de parler de votre expérience financière suite à votre changement de vie pro, je serai ravie de vous accueillir dans le podcast que je lance prochainement. Contactez-moi ici.

Chiche ? On parle Objectif thune pour sa reconversion pro ?

En attendant, je vous ai concocté un guide pour établir votre budget dédié à votre changement de vie pro. Vous y trouverez également une liste des moyens pour financer votre projet d’évolution ou de reconversion. Pour le télécharger, c’est par ici. 

À bientôt pour un nouvel article !

Marine – Objectif futur 🚀

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défilement vers le haut